MENU
Gabriel Pontbriand

by • 16 April 2012 • Inspiration, Vie et culture de Studio // Studio Life & CultureComments (0)2703

Les livres de la Factory ~ The Factory’s Books : Gabriel Pontbriand & Studio Olafur Eliasson

(English version below)
On s’installe une fois de plus sur le Grand Divan Gris de la factory pour discuter avec les membres de l’équipe des livres qui inspirent leur créativité! Cette fois-ci, Gabriel Pontbriand nous présente : Studio Olafur Eliasson des éditions berlinoises Taschen.

Q: Parle-nous d’Olafur Eliasson et de la façon dont il influence ton travail.
Cet artiste dano-islandais joue beaucoup avec les réflexions et les phénomènes naturels. Je trouve très intéressante la façon dont il allie la technologie et l’environnement brut dans son travail. Ses réalisations utilisent l’espace avec une précision désarmante. La grandeur de son talent s’exprime sa capacité à mettre l’oeuvre en relation avec son environnement. Par exemple, il a utilisé une lampe en cristaux multi-facettes au musée d’art contemporain d’Istanbul pour illuminer une pièce en projetant ses éclats sur les murs. Les murs éclairés habillaient la lampe pour ne faire qu’un. J’ai d’ailleurs eu la chance d’apercevoir cette lampe lors de son processus de création.

Q: Tu as mentionné avoir vu cette lampe dans son processus de création avant d’en apprécier la version finale, comment ça?
L’été dernier, lors d’une visite à Berlin, je me suis rendu à son studio privé en pensant qu’il s’agissait d’une salle d’exposition ou d’un musée… comme le guide touristique me l’avait laissé croire. Je me suis donc promené sans permission pendant plus d’une heure dans les locaux personnels d’Olafur en cherchant la fameuse salle d’exposition. J’ai eu la chance d’y observer son processus créatif, d’apercevoir des prototypes ainsi que des tests secrets. Leur démarche créative m’a beaucoup rappelé celle de Moment Factory : l’immense cuisine, le chaos créatif constant et la démesure des idées! Monsieur Eliasson est un modèle pour moi. J’espère collaborer avec lui un jour.

Q: Comment Studio Olafur Eliasson est-il tombé entre tes mains? 
Il y a six ans, lors d’un processus créatif avec Sakchin Bessette pour animer un endroit public, nous cherchions à utiliser et reproduire des phénomènes naturels. Brume sur un lac, coucher de soleil, etc. Lors de ses recherches, Sakchin m’a présenté le travail d’Olafur Eliasson qui m’a tout de suite fasciné et que j’ai étudié depuis lors.

Q: Quel projet du livre t’allume le plus? 
Le projet le plus original dans son concept est à mon avis Double Sunset. Il n’est pas nécessairement le mieux réalisé mais son attrait réside plutôt dans ce qu’il évoque et ce qu’il représente. Eliasson a érigé un immense soleil de 38 mètres de diamètre en tôle jaune sur le toit d’un édifice industriel à Utrecht aux Pays-Bas. Les projecteurs d’un stade de football voisin l’illuminent le soir venu générant un second coucher de soleil. L’idée seule de reproduire un deuxième soleil est complètement éclatée. Tout ce qui est relié au naturel dans ce qu’il fait me fascine.

***
Let’s sit on our Giant Grey Couch again, and discuss the books which influence our colleagues’ creativity. This time, Gabriel Pontbriand talks about Studio Olafur Eliasson Berlin’s publishing agency, Taschen.

Tell us about Olafur Eliasson and how he influences your work.
This Dano-Icelandic artist loves to play with natural phenomena and reflections. I find interesting how he combines environment and technology. His artwork uses space with an uncommon precision. He has a subtle way of binding his pieces of art to their environment. For instance, I saw one of his pieces at the Istanbul Museum of Modern Art which I had the chance to see during its creation process. This lamp made of multi-facet crystals illuminating the walls of a room. In response, the lit-up walls covered the lamp in light locking the whole room in their embrace.

You said you had the chance to contemplate the lamp during its creation process. How come?
Last summer while visiting Berlin, I accidently went to Olafur’s private studio thinking it was a showroom or a museum as the city guide had led me believe. I walked around without permission for more than an hour searching for the so-called showroom and during that time I had the opportunity to study his creative process, to see prototypes as well as some secret tests. I was amazed to see the resemblances with Moment Factory studio. The huge kitchen, the ongoing creative chaos and the craziness of his ideas! Eliasson is a role model for me. I’m looking forward to collaborating with him one day.

How did Studio Olafur Eliasson fall into your hands?
Six years ago, while brainstorming with Sakchin Bessette for an urban space animation project, we were finding ways to reproduce natural phenomena. Mist on a lake, sunsets, etc. At a certain point, Sakchin thought of Olafur Eliasson’s work and showed me the book. I was instantly hypnotized and wanted to know more about this artist.

Which of the book’s project is the most inspiring for you?
According to me, the most original project concept-wise is Double Sunset. My attraction to this piece resides within its symbolism more than the execution. Eliasson designed an enormous sun measuring 38 meters in diameter out of yellow painted tin on the top of an industrial building in Utrecht in the Netherlands. The projectors of a neighboring football stadium illuminate the circle at night creating a second sunset. The sheer thought of reproducing a second sun is astonishing. Everything he does that’s related to nature amazes me. 

Related Posts