MENU

by • 14 March 2011 • International, Nouvelles // News, Projets // ProjectsComments (0)1895

Moment Factory dans La Presse

Moment Factory : des jeunes loups dans l’univers de Céline Dion

Alain de Repentigny
La Presse

Publié le 14 mars 2011 à 08h24

photo: Gérard Schachmes, fournie par Productions Feeling

(Las Vegas) Pour le spectacle A New Day, Céline Dion s’est fondue dans l’univers théâtral de Franco Dragone. Cette fois-ci, pour que le spectacle qui sera créé demain soir à Las Vegas lui ressemble plus, on a fait appel à une boîte de jeunes artistes multimédias montréalais: Moment Factory.

La commande était précise: habiller d’images virtuelles originales les chansons de Céline Dion sans distraire les spectateurs de la chanteuse au coeur du spectacle. Pour ce faire, le concepteur de la production, Yves Aucoin, a rencontré sept firmes d’un peu partout sur la planète avant de choisir une boîte du Mile End, Moment Factory. «On a trouvé dans notre cour ce qui nous paraissait le meilleur choix», constate Aucoin.

Moment Factory, qui fête ses 10 ans cette année, est une entreprise d’une cinquantaine d’employés qui embauche un nombre similaire de contractuels selon les besoins de ses productions.

«Des jeunes de 25 à 30 ans, très allumés, très branchés, qui ont développé une belle complicité avec Yves Aucoin et toute l’équipe de Céline Dion pour amener un regard différent. Céline, ses chansons, son énergie, son émotion, c’est un univers bien connu. Yves et (le metteur en scène américain) Ken Ehlrich avaient une assez bonne idée de la scénographie et du déroulement du spectacle. On a donc travaillé à l’intérieur de paramètres bien définis et on a créé l’imagerie qui allait avec ça», dit le producteur délégué Éric Fournier, ancien vice-président du Cirque du Soleil qui s’est associé aux deux fondateurs de Moment Factory en 2008.

Cette fois, Céline n’avait plus besoin d’un environnement proche du Cirque du Soleil, mais il fallait quand même offrir à son public une bonne dose d’effets spectaculaires, comme le veut la loi de Las Vegas.

Sans danseurs ni acrobates, la scène du Colosseum, qui fait quatre fois la superficie de celle du Centre Bell, peut paraître immense, même avec un grand orchestre de 31 musiciens. Les projections vidéo de Moment Factory viennent donc habiter ce grand espace et contribuer à créer une ambiance intime quand Céline chante seule avec son guitariste ou avec un trio de jazz. «Nous avons développé une expertise en travaillant à des environnements éclatés, à des grandes surfaces», indique Éric Fournier.

De NIN à Pointe-à-Callière

Moment Factory a doublé de taille depuis deux ans. Elle a fait un travail visuel novateur et interactif pour la tournée du groupe rock industriel Nine Inch Nails en 2008. L’an dernier, elle a aussi créé le spectacle multimédia Signé Montréal pour le musée Pointe-à-Callière et le spectacle son et lumière Mosaika, sur la colline du parlement à Ottawa. Elle n’est pas non plus en terrain inconnu à Las Vegas, où elle a souvent collaboré avec le Cirque du Soleil. «Que ce soit avec Trent Reznor (Nine Inch Nails) ou Yves Aucoin et Céline, on s’adapte aux besoins et à l’esthétique du client, mais aussi à sa façon de travailler», dit le directeur de création Sakchin Bessette, un des fondateurs de Moment Factory.

Depuis l’été 2010, les artistes de Moment Factory ont consacré pas moins de 10 000 heures à la création d’images pour le spectacle Céline en se collant le plus possible à la personnalité de la chanteuse. Mais ils savaient qu’il leur faudrait se remettre à l’ouvrage à leur arrivée à Las Vegas le mois dernier.

«Depuis trois semaines, nous avons refait les 20 premières minutes du spectacle», dit la réalisatrice multimédia Melissa Weigel, qui a supervisé le travail d’une quinzaine d’artistes dans leur laboratoire du cinquième étage du Colosseum. Elle ajoute: «Ils ont coupé un peu dans quelques chansons et on a refait le montage. Le choix des chansons est très intéressant, ça laisse beaucoup d’espace à Céline pour montrer ce qu’elle est capable de faire. C’est vraiment un show sur la joie de la musique. On n’essaie pas de toujours projeter des vidéos qui bougent beaucoup. Parfois, le meilleur choix est de ne rien faire.»

Des idées fraîches

Le metteur en scène Ken Ehrlich, qui a signé une centaine d’émissions musicales à la télé américaine, y compris la soirée des Grammy depuis 30 ans, avait l’oeil sur des boîtes multimédias de Los Angeles avec qui il a déjà travaillé, mais il s’est rallié au choix d’Aucoin. Ehrlich dit d’ailleurs de lui qu’il est aussi bon sinon meilleur que la crème des concepteurs et scénographes d’Hollywood. «Les artistes de Moment Factory ont une vision, ils apportent des idées fraîches auxquelles nous n’aurions pas pensé, dit Ehrlich. La plupart vont dans le sens de ce qu’on fait, d’autres non, mais ils ne manquent pas d’idées et on peut choisir parmi ce qu’ils nous proposent.»

«Il faut favoriser l’émergence artistique en faisant confiance aux gens qu’on a embauchés, renchérit Aucoin. Je déteste me faire micromanager, alors je ne vais pas faire ça aux autres. Je viens de l’école de René et Céline: on s’entend sur un objectif et on te donne une tape dans le dos en te disant: vas-y!»

Voir l’article sur Cyberpresse.ca

Related Posts